On m’en a beaucoup parlé, elle est finalement arrivée : l’angoisse de la renaissance. 

 

Ces deux mots vont mal ensemble, j’en ai conscience. Le grain de ma peau a changé. Elle est toute râpeuse et elle s’est couverte d’un fin duvet blond comme celui des nouveaux-nés. Mon corps ne dégage plus d’odeur de chimio, mais un tout nouvel arôme. Quand je repense à ma carrière de popstar en Chine, j’ai le sentiment que c’est la vie de quelqu’un d’autre. 

J’ai vingt-quatre ans, plus de carrière, plus de cheveux, des amis en plus et d’autres en moins. Dans ce corps et dans cette vie détruits de l’intérieur, tout est à reconstruire.

Dans moins de deux semaines, si tout va bien, je serai en rémission. C’est génial ! Mais que se passera-t’il ? Comment vais-je occuper mes journées ? Que vais-je devenir ? Repartir en Chine ? Rester en France ? Partir ailleurs ? Pourrais-je retravailler tout de suite ? Pour faire quel boulot ? Devrais-je reprendre mes études ? Dois-je déjà commencer à tout planifier ? Et si je rechutais ?

 

d155bd

 

Ferme-là, cerveau.

Certains ont laissé la vie là où j’ai laissé des plumes. J’ai eu beaucoup de chance.

Pourquoi je n’arrive pas à simplement me réjouir de ma bonne fortune ?

Quand je ressasse trop, je sors en boîte. Ce n’est pas très raisonnable, je sais. Mais là au moins, je ne pense plus du tout. Alors je n’ai plus le cancer et mon crâne rasé devient fashion. Le seul problème, c’est lorsque je rencontre des nouvelles personnes.

« – Hey ! Sympa ton look ! Tu fais quoi dans la vie ? »

Raaaaah ! Si je te dis que je suis en CDI avec le cancer, tu vas me regarder avec tes grands yeux mouillés comme si j’étais un gosse mourant dans la poussière. Sorry, je vais devoir te mentir.

– Je suis en année sabbatique. Comme des longues vacances, tu vois ?

– T’as de la chance ! Moi j’en ai marre de mon boulot de commercial, je rêve de partir m’installer à New York … Mais bon, c’est compliqué. »

Classique. Nous, les jeunes, on a mille projets de folie mais on continue de se cantonner dans le train-train quotidien. Ou bien au contraire, on parcourt le globe en vivant chaque jour comme si c’était le dernier, mais on finit par regretter de n’avoir rien construit de solide. Entre la prison et la chute libre, on hésite. Bref, on ne sait pas quoi faire de nos vies. Une fois, un vieux m’a dit qu’on a ce genre de souci car on n’a pas connu la guerre.

Bientôt je serai libre. Le monde sera à moi et je ferai absolument tout ce dont j’ai envie. Tellement libre que je ne saurai pas où aller, ni par quoi commencer … Je vais peut-être choisir de mener une vie tracée et rassurante. Ou bien vais-je sortir des sentiers battus et explorer de nouvelles voies. Je vais foncer et errer à la fois, pour ne rien rater.

Je ne sais pas pourquoi je réfléchis tant à tout ça. De toute façon, la vie fera exactement ce qu’elle voudra de moi. Je serai comme un radeau en plein océan, à la merci du bon vouloir des vagues. En un claquement de doigts, elle pourra changer tous mes plans, tout faire basculer. Comme elle l’a déjà fait.

 

d155a

 

Avec elle, aujourd’hui tu as tout, demain tu n’as rien. Aujourd’hui tu n’es personne, demain tu es quelqu’un.

Join the discussion 16 Comments

  • Nana-de-Marine dit :

    Carpe diem, ma belle!

  • Mika dit :

    Continue de rever, ils te trancendent,et de cette flanerie emergera le sens de ta vie…

  • Julie dit :

    C’est bon de lire ca! Une nouvelle page. BRAVO Marine, tu as gagné le combat!

  • Marie-Anne dit :

    Si une idée ne paraît pas d’abord absurde, alors, il n’y a aucun espoir qu’elle devienne quelque chose
    Einstein..( non non, pas notre chien, mais le vrai !

  • Marie-Anne dit :

    Alors, continue à avoir les projets les plus fous et les plus passionnants, Marine!
    Gros bisous

  • CLAIRE dit :

    Bonjour Marine, je vois que le moral est toujourss la et c’est bien. Un petit conseil en passant pour  » combler ta peur de l’ennui  » avec le don d’ecriture et d’inspiration que tu possedes en alternance avec un livre tu pourrais ecrire tes propres chansons et te constituer un reservoir pour le jour ou tu decideras de reprendre le chant.
    Tu sais la Renaissance c’est aussi faire des choses que l’on a jamais faites avant…..alors maintenant fonce et ne te pose plus de questions. Bref, fais ce qu’il te plait. Bisous.

  • Caroline dit :

    Super blog, très agréable à lire. Je me reconnais vraiment dans tout ce que tu racontes, surtout cette page car je suis au même stade que toi : j’ai fini en décembre les 4 abvd et 3 semaines de rayons pour éradiquer Hodgkin.

    Sur cette page tu as abordé tellement de choses en si peu de lignes, et ce de manière tellement limpide et évidente. La vie n’est pas redevenue et ne reviendra plus comme avant, tout est à reconstruire, autrement.

    Hâte de lire d’autres «articles» !

    ps : peut-être que j’ai déjà posté un commentaire sur ton blog, sais plus… j’ai des trous de mémoire mais ça revient petit à petit !

    • Marine dit :

      Merci beaucoup. Apparemment on a vécu la même chose au même moment. J’espère que tu ne te sens pas trop épuisée, moi si ! Je vais de ce pas faire un tour sur ton blog 🙂

      • Caroline dit :

        La fatigue est là, dans un coin, et ne nous oublie pas. Tu verras, avec le temps ça va de mieux en mieux (heureusement). Dans l’ensemble maintenant pour moi c’est même correct, en y allant doucement sur les activités.

        Oh la la mon blog est surtout un défouloir, j’aurai dû te prévenir avant que tu y ailles ! 🙂

Leave a Reply