Liste des points positifs du cancer :

 

 

1- Rien. Je suis dans la grosse merde.

2- Bon allez, en cherchant bien … plus besoin de s’épiler. Et ça, dans la vie d’une femme, je peux vous dire que ça fait une SACRÉE différence !

3- Ah ouais, j’oubliais … J’ai aussi dit adieu aux kilos que je voulais perdre depuis 1979. Mon ventre est maintenant aussi plat que celui de Victoria Beckham.

4- Alors que mon seul sport consiste à lever mon bras du bol de mousse au chocolat jusqu’à ma bouche. Et ce plusieurs centaines de fois par jour.

5- Mes parents cèdent à tous mes caprices, même les plus odieux. Faîtes-vous y, je suis juste la personne la plus gâtée que vous ayez jamais rencontrée.

6- Et pas que ! Il y a aussi les les lettres, les cadeaux, les attentions, les messages … En gros, du love, du love et encore du LOVE everyday !

7- On n’y pense pas, mais la mort c’est super bien pour trouver l’inspi ! L’angoisse de la page blanche n’est plus qu’un souvenir abstrait.

8- Non, mais les cheveux, c’est un truc bizarre en soit de toute façon. Vous trouvez ça normal d’avoir une touffe de poils hirsutes au dessus du visage, vous ?

9- Et les sourcils, n’en parlons pas ! Rien de plus laid que ces deux barres velues qui traversent le front.

10- Je fais des grasses mat’ absolument tous les matins et personne ne m’en veut.

11- Les aiguilles ne me font plus du tout peur. Et hop ! Une phobie de moins !

12- Et puis merde, quand j’ai envie de faire un truc, je me lance ! Après tout, je n’ai plus rien à perdre.

13- Il n’est plus du tout difficile de me contenter ! Donnez-moi une rue dans laquelle je peux marcher sans avoir mal nulle part et je suis au COMBLE DU BONHEUR.

14- Pendant que les autres dépensent des fortunes chez le coiffeur, je peux changer de coiffure en un claquement de doigts. Blonde le lundi, brune le mardi, rousse le mercredi … Je suis un véritable arc-en-ciel capillaire.

15- Quand je parle de ma vie, un silence religieux s’installe et j’ai l’impression d’être le prophète en personne.

16- Les méchants ont dégagé de ma vie et les gentils y ont posé leurs valises pour de bon. Maintenant, ma life est est un peu comme un conte de fée où il n’y a plus aucune sorcière ni marâtre.

17- Quand je suis chiante, de mauvaise humeur, imbuvable, on me dit que c’est normal et on me tape dans le dos gentiment.

18- À force de passer du temps à cogiter dans mon lit, mon QI augmente. J’ai été illuminée par des révélations existentielles plus puissantes que celle de Nieztsche sous absinthe. Du genre :  » Sois heureux de ressentir la douleur, cela veut dire que tu es en vie. »

19- Les autres vont bosser tous les jours alors que moi je bois un chocolat chaud en me demandant quel film je vais regarder aujourd’hui.

20- Les mecs ne me hèlent plus dans la rue « Hé, mademoiselle ! T’as pas envie d’une banane ? » Ils m’approchent avec respect et pudeur : « Je voulais vous dire que je vous trouve rayonnante, bonne journée. »

21- À chaque fois que je me regarde dans le miroir, je me sens trop BADASS. J’ai limite envie de m’embrasser le biceps.

22- Tu vois, j’me sens un peu comme un mix entre Xena la guerrière, Khaleesi mère des dragons, Jeanne d’arc, Mulan et Oprah. That’s me baby !

23- Depuis que je suis malade, mon taux de like a centuplé sur Facebook. Bref, je suis super-méga populaire et je peux me la raconter grave !

24- Faîtes-vous y ! J’ai une maladie SPÉCIALE car j’ai un destin SPÉCIAL, tout ça parce que je suis une meuf SPÉCIALE. Et ouais !

25- En fait, le cancer, c’est stylé ! J’ai trop de chance !!!

À présent, vous devez certainement tous vous sentir très jaloux.

Rassurez-vous, si vous n’avez pas encore eu la chance de choper un cancer, tout n’est pas perdu ! Collez bien votre téléphone à votre oreille plusieurs fois par jour, bourrez-vous de trucs « light », fumez des clopes toute la journée et surtout maintenez-vous dans un état haineux et aigri. Même avec tout ça, il n’est pas dit que vous connaissiez un jour mes privilèges, mais qui ne tente rien n’a rien !

With love,

FB Header-01 copy

 

 

 

 

 

 

Join the discussion 12 Comments

  • Zohra dit :

    Hahahahaha 😀 j’aime beaucoup le ton employé dans ce billet ! Je m’en vais coller mon téléphone sur le front 🙂

  • Kaki dit :

    Bravooooo super billet

  • Nana-de-Marine dit :

    Bien, très bien!! nouvel emploi : remonter le morale des malades de toutes sortes sans nécessairement faire le clown.
    Pour ceux qui se croient bien portants, c’est bon aussi : ça fait sourire! Merci, ma belle!

    xxxxooooo

  • SFB dit :

    effectivement, on peut voir les choses ainsi … être malade çà peut avoir certains avantages, notamment avoir son chéri aux petits soins … et puis dire enfin tout haut ce que l’on se serait interdit de dire tout bas (voir de ne pas dire) avant 😉
    J

  • Brioche dit :

    Je t’adore….

  • Fanette dit :

    Même pas jalouse puisque je ressens exactement la même chose.
    En ce moment, une de mes plus grosse crainte est de voir repousser mes poils.
    Profitons des bons moments!

  • Nadia Law dit :

    C’est bien agréable de commencer la journée par un sourire en te lisant. Ca fait relativiser beaucoup de choses.
    Merci tout simplement pour ton humour et ta créativité

  • Angéli dit :

    Merci pour ce billet qui a dû redonner le sourire à plus d’un.
    Je pense que la grande leçon à retenir, c’est que la « formule « Cape Diem » que beaucoup ont idéalisé (depuis ce film magnifique, le cercle des poètes disparus), prend vraiment du sens (alors qu’une personne jeune, bien portante, en pleine forme peut très bien mourir demain dans un accident d’avion ou de voiture…)

  • hicham dit :

    Bonsoir Marine, je découvre ton blog à l’instant, ces parfaits 25 points qui démontre que, visiblement, tu ne te laisses pas démonter (pas comme moi). J’ai eu ton adresse via le site de la ligue contre le cancer. D’emblée tu me donnes envie de mieux te connaitre et c’est sans faute que je reviendrai chaque jours, dès demain, pour lire de fond en comble ton histoire, apprendre ta philosophie, ta perception de toi et du reste. Pour ma part, le crabe m’a donné rendez-vous en 2013 et, je le crois, je ne m’en suis pas encore remis, remis au point d’en rire, voire d’en sourire.

    Cordialement et à bientôt !

  • Adeline dit :

    Bonjour Marine, comme Hicham j’ai découvert ton site via la ligue, il y a une petite semaine. Je le lis petit à petit, il est fort en intensité et je n’ai pas toujours assez le moral pour lire ton histoire, même si les 25 raisons d’avoir un cancer nous ont fait beaucoup rire avec mon mari.
    Pourtant en ce moment le rire à du mal à faire partie de nos vies car encore assommé par ce qui nous est tombé dessus il y a quelques semaines.
    Après des semaines et des semaines devenus plusieurs mois fin 2014 et début 2015 d’otites qui ne se soignaient pas malgré des mois d’antibio et de cortisone, une fatigue qui devenait intolérable, une petite fièvre qui ne passait qu’avec la cortisone, une tatichardie qui s’installait, une difficulté à monter les escaliers montant à notre chambre devenant de plus en plus grande, des bleus apparaissant tout seul sur mes jambes. Et un médecin pas décidé à m’envoyer chez un orl, expliquant fatigue tatichardie manque de souffle par la naissance de mon petit bout en août 2014, ajoutée à la période plus difficile d’un autre petit bout de 2 ans et mes bleus par des varices. Puis fin février début mars, plus d’otite mais toujours des douleurs soit disant normales après des mois d’otite. 2 visites plus tard aux urgences incompréhension des docs sur le fait que je n’ai pas vu d’orl. Ajoutons une belle mycose sur la langue du fait des mois d’antibio, et mon généraliste qui me trouve malgré tout meilleure mine voire bonne mine par rapport aux dernières semaine. Rdv pris via les urgences chez un orl d’un gros hôpital en urgence…. au 1er avril…. Perte de 6kg en 3jours. 9 mars nuit insupportable tellement mal aux oreilles… coup de tel dans un petit hôpital avec orl 2 demies journées par semaine, de la chance une place pour un rdv d’urgence le surlendemain. En effet plus d’otite mais des amygdales pourries peut-être à l’origine de mecs douleurs. Histoire de voir si rien de plus prise de sang à faire avant la fin de la semaine. Une PRISE DE SANG, malgré ma phobie des veines, des semaines que j’en demandais à mon généraliste, dans le vide. 13 mars prise de sang, vendredi midi message sur répondeur du labo puis du généraliste, à rappeler d’urgence résultat très mauvais au niveau des globules blancs plus très grosse anémie nécessitant une hospit d’urgence. Donc urgences, « oui très grosse anémie à cause de votre stérilet », « mouais si vous le dites mais y a aucune raison. Et mes globules blancs c’est quoi le problème ? », « non mais c’est votre stérilet le problème », » et c’est quoi le problème de mecs globules blancs? »,…. » bon faut qu’on vous pose un cathéter sur la main », « ah!!!!!! Ma phobie », » bon on a pas le service au Mans pour vous suivre, on vous transfert à Tours », « pardon je comprends plus, qu’est ce que j’ai »,… Donc transfert. Arrivée à Tours, service réanimation, « faut qu’on vous pose un autre cathéter il y a pas de retour sur celui qu’on vous a posé », 2eme main prise. « et j’ai quoi ? », »je peux pas vous dire je suis juste infirmier, le médecin vient vous voir dès demain matin. » Le lendemain visite du médecin, super gentille et douce. « bon on a dû vous dire ce que vous aviez ! » , »Euh non », » ah……. bien vous avez une leucémie. » Le mot est lancé, une leucémie, j’ai un cancer, je vais mourir, mes 2 bébés de 2 ans et 6 mois vont grandir sans maman, tous les soucis qu’on a règlé avec mon chéri, le fait qu’on ait appris à se parler à régler nos problèmes au bout de 20 ans ensemble et après tout ce qu’on a traversé c’est pour rien. Et la doc qui prend du temps à me parler à me dire que l’important dans cette maladie ce n’est pas quand elle est prise mais qu’elle soit prise et donc que dès l’après midi on commence la chimio, que je vais devoir aller en chambre stérile pour ne pas attraper de microbes, mais qu’elle n’est pas le chef du service qu’elle ne sait pas s’il y en a de dispos que l’on devra attendre le lundi. Le lundi pas de chambre stérile dispo donc il faut préparer un transfert, encore, départ pour Rennes le mardi. A peine arrivée douche à la betadine, et enfermement, pas le temps d’embrasser mon homme ou qui que ce soit, c’est une urgence, je suis en aplasie, j’y étais déjà à mon arrivée à Tours et surement avant. Exceptés les infirmiers et docs sous leur casque, masque, et chemises bleues personne n’a plus le droit de me toucher pendant au moins 5 semaines. Le lendemain on reprend la chimio une 10aine de jours avec plusieurs chimios différentes apparemment très fortes, j’ai de la chance juste quelques nausées, calmées par les medocs et les perfs. A j+17de la 1ere chimie myelogramme pour voir si la chimio à fait leur fête à tous les blastes. Résultat le lendemain négatif il faut remettre un coup de chimio plus forte 2 fois par jour pendant 5jours. Mon mari est là tous les après midi à un mètre de moi en schtroumpf masqué, heureusement, mais c’est dur mes bébés me manquent, ils sont chez leurs papies et mamies à 500km de là, Skype ca ne fait pas tout. Et puis le rattrapage fait passer mon séjour de 5 à 7 semaines. 7 semaines sans contact physique, sans douche, sans livre, juste la télé et l’ordi…. mais j’avoue entre la chimio les transfusions de sang et de plaquettes physiquement je me sens bien mieux. Et puis la sortie d’aplasie et donc de l’hôpital, il y a une semaine environ. Enfin sortie d’induction dans moins d’un mois on repart pour 4 semaines de consolidation. Et hier visite de contrôle un nouveau myelogramme et plein de questions. Parmi elles : combien de temps me restait il quand on a fait LA prise de sang ? Réponse du doc : à peine une semaine et mon mari qui finit par m’avouer qu’à Tours on lui avait annoncé que mon pronostic vital était engagé. J’avoue après coup j’ai trouvé ca flippant, j’aurais pas réussi à avoir ce rendez-vous d’urgence chez l’orl je serais morte il y a 7 semaines, j’aurais fait un veuf et 2 jeunes orphelins. Cet orl il faudra que je le remercie de m’avoir sauvé la vie. Et puis au bout d’un moment il y a un côté survivor qui s’impose.
    Bon j’espère que je n’ai saoulé personne avec mon roman commentaire.
    Je terminerai juste par je m’appelle Adeline, j’ai 36 ans, un mari, 2 enfants en bas age, une leucémie aiguë myéloïde de type 1, dans environ 3 mois je devrais recevoir une greffe de moelle osseuse, c’est ma meilleure chance de survie sans rechute, je serai suivie à vie après ca, j’ai rarement eu de périodes sans merde dans ma vie, excepté quand j’ai froid et quand j’ai affaire à des personnes, que je connais, qui sont gênées de m’avoir connu les cheveux longs et de me voir avec mon crâne à blanc, là je porte mon petit bonnet, sinon ma tête reste à l’air libre. Je fais partie des 3 personnes sur 100000 par an qui déclenchent cette maladie, j’assume mon cancer et ca peut arriver à chacun d’entre vous, voilà ce que j’aimerais qu’ils voient sur ma tête nue.

    • Marine dit :

      Merci pour ce beau commentaire et ce partage Adeline ! Tu es une survivante et ça c’est l’essentiel ! Moi aussi on m’a prise en charge juste avant qu’il ne soit trop tard. Tu vas t’en sortir, n’hésite pas à donner de tes nouvelles par commentaire … Bon courage et que la lutte continue ! Marine

  • Nabila dit :

    Haha j’ai rigolé, en plus des grâces mat je brunch tout les jours pendant que mes amis bossent! Et ouiii ça booste la créa..plus de soucis pour le sujet de mon diplôme aux beaux arts ; )
    Love
    Nabila

Leave a Reply